Grande randonnée

Les Chemins de Saint-Jacques ont, semble-t-il, montré la voie : les itinérances de plusieurs jours (ou semaines), deviennent chose commune dans toute l’Europe. Plusieurs facteurs expliquent cette évolution : d’abord la liberté quasi totale de circulation dans toute l’Europe de l’Ouest, l’équipement de longs tronçons bien aménagés au bord de fleuves ou de lacs, la multiplication, le long de ces tronçons, de l’ouverture de campings, de gîtes ou d’hôtels prêts à accueillir cyclistes et randonneurs… On pense par exemple à la ViaRhôna, qui emprunte la vallée du Rhône du lac Léman jusqu’à la Méditerranée, ou au GR 34, qui suit le pourtour découpé de la Bretagne sur 2028 kilomètres. En fait, cette « autoroute à marcheurs », comme on l’a parfois moquée, court si on le souhaite des côtes danoises jusqu’au nord de l’Espagne, en une sorte de « chemin des douaniers » continu et paneuropéen. Pas question, bien entendu, de le parcourir en une semaine. Les bons marcheurs qui s’y attaquent l’affrontent en plusieurs fois, un peu comme ces adeptes des Chemins de Saint-Jacques qui n’atteignent Compostelle qu’au terme de plusieurs randonnées successives, étalées sur quatre ou cinq ans. Ces promenades devenues mythiques (elles ne sont plus les seules depuis longtemps) sont parfaitement référencées par les guides et les chaînes hôtelières. « Balades » leur a déjà consacré nombre de reportages auxquels vous pouvez bien entendu vous reporter.

  • Thèmes

  • Régions

  • Départements

  • Remettre à zéro

    Effacer
quis, adipiscing dapibus suscipit ut risus.