Le mystère Oncieu

Pour prendre la mesure du phénomène, il faut grimper jusqu’à la Croix d’Evosges, à un peu plus de 700 mètres d’altitude, et s’avancer jusqu’au Rocher de la Cathédrale. Cela équivaut à un détour de 3 ou 4 kilomètres sur le trajet de la randonnée « gorges de l’Albarine » suggérée dans ce reportage. Mais un détour qui vaut le coup d’œil : depuis ce promontoire, on embrasse non seulement une ample vallée arrosée de plusieurs ruisseaux appréciés des pêcheurs, mais surtout un bourg d’une centaine d’âmes surnommé « le diamant du Bugey » (dans le département de l'Ain) et classé site historique, le village d’Oncieu.

Sa particularité, du haut de la falaise, saute aux yeux : les habitations d’Oncieu s’inscrivent autour d’un ovale parfait dont l’intérieur est vide - strictement vide de toute construction ! Ce vide est aujourd’hui un simple pré, planté seulement de quelques arbres, dont la surface équivaut à celle de deux ou trois terrains de football. Et toutes les fenêtres du bourg sont tournées vers l’extérieur de cet ovale…

Personne ne semble connaître l’origine exacte de cet urbanisme bizarre. On évoque un incendie qui aurait détruit le village primitif, à la fin du Moyen-Age, dont la reconstruction n’aurait jamais été entreprise ; ou une épidémie de peste qui aurait obligé les habitants à se tenir éloignés d’un lieu de contagion (hôpital ou maladrerie). Á vous d’échafauder vos propres hypothèses après avoir étudié ce plan cadastral inhabituel. Rien ne vous interdit, par exemple, d’y voir un terrain d’atterrissage pour soucoupes volantes (l’hypothèse a déjà été envisagée).

Nouveau refuge de la Dent Parrachée

Ré-ouverture le 1er mars 2018. C'est un passage obligé sur le Tour des Glaciers de la Vanoise, une halte stratégique avant l'ascension de la Pointe de la Fournache ou la Dent Parrachée (Savoie). C'est aussi un magnifique point de vue sur les lacs des barrages d'Aussois : le refuge de la Dent Parrachée fait peau neuve. Sa capacité d'accueil (42 couchages) ne sera pas augmentée, en revanche, il y aura désormais trois dortoirs de douze à quinze places pour permettre notamment aux familles de ne pas être réveillées par les alpinistes qui se lèvent à 3h du matin. Franck Buisson est le gardien du refuge depuis 34 ans. L'accueil, la convivialité, c'est sa marque de fabrique et l’on vient aussi au refuge de la Dent Parrachée pour entendre ses récits le soir au dîner. (Photo FB Refuge Dent Parrachée)

Une île ouverte au public

Une opération de déminage a été menée l’hiver dernier dans la baie de Saint-Malo (Ille-et-Vilaine), sur l'île de Cézembre - où 20 000 bombes ont été larguées pendant la guerre - en préliminaire à l’aménagement d’un sentier pour visiter l’île. Les 18 hectares de cette île inhabitée présentent une végétation rare, et accueillent d'importantes colonies d'oiseaux de mer. Ce sentier qui ouvrira au public au printemps permet de découvrir des vestiges de la Seconde Guerre mondiale et plonge les visiteurs au cœur d’un patrimoine naturel unique, peuplé de goélands argentés, cormorans huppés et même de faucons pèlerins. Le tout en profitant d’une vue à couper le souffle de la pointe du Meinga au Cap Fréhel ! Photo D.R.

L'arbre de l'année 2017

Organisé par le magazine Terre Sauvage et l’Office National des Forêts ce concours récompense les arbres les plus esthétiques de France. C’est l’if-grotte du jardin des Ifs situé à Gerberoy dans l’Oise qui remporte le Prix du Public. L’if-grotte est en réalité constitué de 6 arbres différents qui au fil du temps se sont mêlés au point de former aujourd’hui un entrelacs unique de branches. On peut y entrer à une dizaine de personnes. (Photo D.R.)

 

Page 9 sur 32