Ouverture au public de l’île Tristan (29)

Depuis Dimanche 13 mars, l'île Tristan (Finistère) est ouverte gratuitement au public. L'occasion de découvrir ce petit bout de terre qui inspire l'aventure.

Domaine du conservatoire du littoral depuis 1995, l’île Tristan s’étend sur 7 hectares gérés par la Ville de Douarnenez qui a décidé de l’ouvrir davantage au public. Quelques travaux de mise en valeur sont en cours, l’île s’embellit de jour en jour.

Un calendrier avec les horaires de passage est disponible gratuitement à la mairie et à l’office de tourisme : passage à pied toute l’année, depuis la cale du Guet jusqu’à l’île, avec les dates de retour sur le boulevard Richepin.

Un dimanche par mois, l’accès aux sentiers sur la totalité de l’île, sauf le phare et le fortin est désormais autorisé. Durée : trois heures. Dimanche 13 mars, c’était la première de cette opération nommée « île ouverte ». Entre 12h30 et 15h15, les marcheurs ont profité des grandes marées pour visiter la face cachée de l’île Tristan.

Pour ceux qui auraient raté cette porte ouverte, le prochain rendez-vous aura lieu dimanche 12 avril, à partir de 12h10 et jusqu’à 15h25, dernier horaire pour quitter l’île.

Le GR®20 sans le cirque de la Solitude

Au mois de juin était mis en place un itinéraire bis pour contourner le cirque de la Solitude où 7 personnes avaient trouvé la mort. Une variante, plus technique que l'itinéraire original, plus longue et plus haute mais surtout moins compliquée, plus proche de la randonnée pédestre que de l’alpinisme. Cette variante va devenir le tracé officiel du GR®20 car les géologues ont rendu un rapport défavorable à la réouverture du cirque de la Solitude par son itinéraire principal et la mairie de Mansu a pris un arrêté pour en interdire l'accès. Au départ du refuge d'Asco, les randonneurs devront passer par la pointe des Eboulis, descendre sur Bocca Crucetta et de là rejoindre le refuge de Tighettu. Il faut compter désormais entre 8 heures et 10 heures de marche. Le balisage rouge et blanc du GR20 sera mis en place sur la nouvelle étape à la fonte des neiges au plus tôt fin avril.

À Étretat, les galets disparaissent

Au pied des blanches falaises d'Étretat, près de l’Aiguille Creuse, la plage a été dépouillée de ses galets qui sont pourtant l’une des caractéristiques des plages de la Côte d’Albatre. À la place, une très classique étendue sableuse : on pourrait presque compter les galets qui restent. Une disparition massive constatée depuis le début de l'année, mais qui n'a rien de mystérieux, ni d'inhabituel. Les galets disparaissent ou réapparaissent avec les marées, selon l'orientation du vent. Les tempêtes du début de l'année ont emporté les galets, mais les suivantes devraient les ramener. 

La ViaRhôna

Une fois terminée (dans le courant 2016, probablement), la ViaRhôna constituera une véloroute continue de 815 kilomètres. En suivant le cours du Rhône, elle relie dès maintenant la frontière suisse à la Méditerranée, qu’elle aborde à la hauteur de Sète et de Port-Saint-Louis-du-Rhône. Elle se situe elle-même dans le prolongement d’un autre itinéraire cyclable, la Route du Rhône, qui traverse le Valais suisse jusqu’à Genève. Ces deux itinéraires devraient être prochainement labélisés « Eurovelo » et constituer l’EV17 dès l’été 2016.

Accessible aussi bien aux cyclistes qu’aux randonneurs, la ViaRhôna emprunte, selon les tronçons, des voies en site propre (voies vertes) et des secteurs partagés (où le trafic automobile est très faible). Elle traverse les huit départements de la région Rhône-Alpes (Ain, Ardêche, Drôme, Haute-Savoie, Isère, Loire, Rhône, Savoie). Elle pénètre dans le département de l’Ain au sud de Lavours et ne le quitte qu’à Groslée, une cinquantaine de kilomètres en aval, après avoir traversé les magnifiques paysages des pays d’Izieu et de Lhuis. Tout au long de ce parcours, vous avez l’assurance de trouver facilement des loueurs et des réparateurs de vélos, des tables où vous restaurer et des gîtes pour la nuit. (voir l’article sur Le Bugey paru dans Balades n°129).

Page 32 sur 35